« Ayez confiance en votre inconscient car il sait beaucoup plus de choses que vous savez que vous savez », clamait Milton Erickson, l’un des premiers psychiatres et psychologues à souligner le pouvoir de l’inconscient. Selon lui, "L'état hypnotique est l'état le plus susceptible d'apprendre et d'être ouvert au changement." Par conséquent, l'un des objectifs de l'hypnose est de remplacer certains schémas négatifs imprimés dans notre inconscient et de les changer par des mécanismes positifs. Le but de l’hypnose est de permettre aux esprits conscient et inconscient de communiquer, et parler le même langage afin d’éliminer les comportements addictifs qui envahissent nos vies et, de se reprogrammer pour agir plus sagement. Bref, une prise de conscience de notre inconscient.

L’hypnose comme Outil Thérapeutique dans l'Accompagnement des Addictions -

Les addictions, qu'elles soient liées à des substances ou à des comportements, représentent un défi majeur pour la santé mentale et physique de nombreuses personnes à travers le monde. Outre les approches conventionnelles de traitement, l'hypnose émerge comme une méthode alternative prometteuse dans l'accompagnement des personnes en proie à des dépendances.

   

Les principales catégories d'addictions

Dépendance aux substances :

          · Alcool : La dépendance à l'alcool peut entraîner des problèmes physiques et sociaux graves.

          · Tabac : La dépendance à la nicotine présente dans le tabac est une addiction répandue dans le monde.

Dépendance aux drogues illicites :

          · Cannabis, cocaïne, héroïne, méthamphétamines, etc. : Ces substances peuvent entraîner une dépendance sévère et des conséquences néfastes pour la santé.

Dépendance aux médicaments :

          · Analgésiques opioïdes, benzodiazépines, stimulants, etc. : L'utilisation inappropriée de médicaments peut conduire à une dépendance.

Dépendance comportementale :

          · Jeux de hasard : La dépendance au jeu peut entraîner des conséquences financières et familiales graves.

          · Internet et jeux vidéo : L'abus d'Internet, des jeux vidéo en ligne, ou des jeux de rôle peut devenir une addiction.

Dépendance alimentaire :

          · Troubles alimentaires (anorexie, boulimie) : Certains individus développent une dépendance malsaine à la nourriture, associée à des troubles alimentaires.

Dépendance au travail :

          · Travail compulsif : Une obsession excessive pour le travail peut entraîner des conséquences négatives pour la santé mentale et physique.

Dépendance sexuelle :

          · Comportements sexuels compulsifs : Des comportements sexuels excessifs et compulsifs peuvent créer des problèmes relationnels et sociaux.

          · Dépendance aux images ou films pornographique

Dépendance aux achats compulsifs :

          · Achat compulsif : Certaines personnes développent une dépendance aux achats, entraînant des problèmes financiers et émotionnels.

Dépendance aux écrans :

          · Utilisation excessive des écrans : L'addiction aux smartphones, aux réseaux sociaux, et aux écrans en général peut avoir des conséquences sur la santé mentale.

De plus, de nombreuses personnes peuvent souffrir de plusieurs types d'addictions simultanément, ce qui complique davantage le processus de prise en charge.

   

Comprendre les mécanismes des addictions

Les addictions sont des troubles complexes qui impliquent des changements au niveau du cerveau et du comportement. Le processus d'addiction peut varier en fonction du type de substance ou de comportement addictif, mais de manière générale, plusieurs étapes clés sont souvent observées. Voici une explication générale de la façon dont fonctionnent les addictions :

Initiation : Exposition à une substance ou à un comportement

L'addiction commence souvent par l'exposition à une substance (comme la nicotine, l'alcool, ou une drogue illicite) ou à un comportement (comme le jeu, la nourriture, ou le sexe).

Plaisir initial : Renforcement positif

La substance ou le comportement procure initialement du plaisir ou du soulagement. Cette expérience positive renforce le lien entre la substance/comportement et la gratification.

Tolérance : Diminution de la sensibilité

Avec le temps, le corps ou le cerveau peut développer une tolérance, ce qui signifie que la même quantité de substance ou le même comportement n'apporte plus le même niveau de plaisir qu'auparavant. En conséquence, la personne peut augmenter la dose ou l'intensité pour ressentir le même effet.

Dépendance physique : Adaptation physique

Certains types d'addictions peuvent conduire à une dépendance physique, où le corps s'adapte à la présence constante de la substance. Le sevrage peut entraîner des symptômes physiques désagréables.

Dépendance psychologique : Besoin mental

En plus de la dépendance physique, l'addiction implique souvent une dépendance psychologique, où la personne ressent un besoin intense ou une forte envie de consommer la substance ou de s'engager dans le comportement.

Changements cérébraux : Altération des circuits cérébraux

Les substances addictives peuvent modifier les circuits cérébraux responsables de la récompense, de la motivation et du contrôle des impulsions. Ces changements peuvent renforcer le comportement addictif.

Perte de contrôle : Incapacité à arrêter

À mesure que l'addiction progresse, la personne peut avoir de plus en plus de difficultés à contrôler sa consommation ou son comportement, même si elle est consciente des conséquences négatives.

Cycle de la rechute : Difficulté à maintenir l’abstinence

La rechute est courante dans le processus de récupération. Les facteurs de stress, les déclencheurs environnementaux ou émotionnels peuvent déclencher une rechute, même après une période d'abstinence.

Il est important de souligner que chaque personne réagit différemment à la substance ou au comportement addictif, et les facteurs génétiques, environnementaux et psychologiques peuvent tous contribuer au développement de l'addiction. Le traitement des addictions vise souvent à aborder ces aspects multiples à travers des approches médicales, psychothérapeutiques et sociales.

  

L'hypnose comme outil thérapeutique

L'hypnose est une technique qui implique un état de conscience modifié, dans lequel le sujet est plus réceptif aux suggestions. Dans le contexte des addictions, l'hypnose peut être utilisée pour accéder à l'inconscient et influencer positivement les pensées, les émotions et les comportements liés à la dépendance.

Réduction du stress et de l'anxiété

L'une des causes sous-jacentes des addictions est souvent le stress, l'anxiété, le parcours de vie. L'hypnose peut aider à réduire ces facteurs grâce à un nouveau regard sur l’histoire de vie, ce qui peut contribuer à diminuer le besoin de recourir à des substances ou à des comportements addictifs pour faire face au stress.

Restructuration des schémas de pensée

L'hypnose offre la possibilité de reprogrammer les schémas de pensée négatifs associés à l'addiction. En travaillant sur les croyances limitantes et en renforçant les pensées positives, l'hypnose peut contribuer à changer la perception vis-à-vis de la dépendance.

Renforcement de la motivation au changement

L'hypnose peut être utilisée pour renforcer la motivation intrinsèque afin de changer ses comportements addictifs. En visualisant les étapes du changement et en renforçant le désir de mener une vie saine, l'hypnose peut jouer un rôle crucial dans le processus de rétablissement.

L'intégration de l'hypnose dans un plan global de traitement

Il est important de noter que l'hypnose ne devrait pas être considérée comme une solution unique, mais plutôt comme un complément aux approches conventionnelles. L'inclusion de l'hypnose dans un plan global de traitement, peut maximiser les chances de succès.

En travaillant sur les aspects psychologiques profonds de la dépendance, l'hypnose peut contribuer de manière significative à la transformation positive des individus luttant contre les addictions.

  

Exercices :

Auto-noter tous les jours vos envie (addiction) et les coter de 0 à 10

Se poser la question de comment je peux réduire seul?

Voir quelqu’un pour explorer ce qui se passe.

  

A retenir 💡 :

🔸CJC (Consultation jeune consommateur) dans de nombreuses villes

🔸Service d’addictologie.

🔸« Patient expert » qui peut guider

🔸SOS Addictions

🔸S'autoévaluer par un questionnaire: https://www.respadd.org/repera...

🔸Maintenir le dialogue avec la famille

   

Pour aller plus loin, vous pouvez aller écouter les podcast du docteur Laurent Karila

https://podcasts.audiomeans.fr/addiktion-98e77f1dfa06

×